Arménie : La Bible ouverte aux enfants sourds

Publié le par Jean-Luc


Jusqu’à présent, les enfants arméniens sourds n’avaient aucune possibilité d’accéder à la Bible dans leur langue. Cette situation est sur le point de changer grâce aux efforts d’un magnifique groupe de jeunes sourds qui se sont rencontrés dans une école d’Erevan, en Arménie, et ont décidé de se mettre au service des enfants sourds de leur pays.

Enregistrement achevé

Des sourires. De grands sourires. Beaucoup de sourires. Et un paquet d’énergie ! Voilà ce qui frappe d’emblée ceux qui rencontrent les jeunes sourds qui participent au projet en langue des signes de la Société biblique arménienne. Ils ont maintenant achevé l’enregistrement et l’ont remis aux mains des techniciens afin que le DVD puisse paraître sans tarder, et on comprend leur fierté du dur labeur accompli !

Gevorge

L’Arménie compte 35 000 personnes sourdes. Et jusqu’à présent, pas le moindre passage biblique n’était disponible en langue des signes arménienne. – Il est essentiel de transmettre la Bible en langue des signes puisque, très souvent, les sourds ne savent pas lire. Privés de l’ouïe, ils ont du mal à s’approprier tant la langue parlée que sa forme écrite. Leur langue à eux est une langue des signes.

365 histoires de la Bible

Ces jeunes, qui se sont rencontrés à l’école nationale des sourds, avaient pour objectif commun de traduire en langue des signes arménienne 365 histoires de la Bible afin que les enfants sourds de leur pays puissent découvrir la Bible.

« J’ai été touché personnellement par les chrétiens et par les paraboles, confie Gevorge, 20 ans, qui se forme au département Pantomime de l’Institut national de théâtre et de cinématographie afin de devenir acteur. Jésus est Dieu, et il a vécu en être humain sur la terre ; il est l’exemple que nous devons suivre et nous devons nous mettre à son école. Les enfants ne comprennent pas tous qui est Dieu, pourquoi Jésus est mort… Je voulais vraiment présenter la Bible d’une manière que les enfants sourds puissent comprendre au même titre que les enfants entendants ! Je ne veux pas garder la Parole de Dieu pour moi seul ! Je veux la partager ! »

Edik

Une tâche redoutable

Même pour des jeunes aussi motivés qu’eux, la tâche s’est révélée redoutable, d’autant plus qu’ils n’avaient jamais rien fait de semblable… Ce travail leur a permis de progresser et d’apprendre énormément. Ils ont approfondi leur connaissance de la Parole de Dieu tout en apprenant à mieux se connaître eux-mêmes…

« Lorsqu’on m’a demandé si je voulais participer à ce projet de traduction biblique, je trouvais cela très difficile ! se souvient Edik, 24 ans. Et pendant mon premier atelier de traduction, mon cœur cognait dans ma poitrine ! »

« J’avais vraiment envie de partager les histoires bibliques, mais il a fallu que j’apprenne d’abord à me détendre…, raconte Emma, 18 ans. J’ai dû m’imaginer que j’étais en train de les raconter aux enfants. »

Shushan

Une meilleure connaissance

A Shushan, 27 ans, qui a commencé à fréquenter l’école des sourds bien plus tard que ses amis, tout ce travail acharné a permis d’améliorer sa connaissance de la langue des signes :

« Quand j’ai commencé à participer à ce projet, j’ai eu du mal parce que je ne comprenais pas la langue des signes aussi bien que mes amis ici. Mais tous m’ont beaucoup aidée, sans compter que j’ai aussi fourni un travail personnel important, et j’ai réussi ! »

Zubeida

Cette aventure doit beaucoup à deux personnes : le père Yessayi, un prêtre orthodoxe, qui a aidé les jeunes à comprendre le texte biblique, et Zubeida, qui enseigne la langue des signes à l’école nationale où ils ont tous été formés et où ils se sont rencontrés. C’est Zubeida qui est à l’origine du projet, et qui en assure la coordination.

Zubeida (right) with Arshavir Kapoudjian, Program Officer at the Bible Society of Armenia

« Je sais qu’il n’existe aucun projet comparable dans le monde, mais j’ai l’impression que les jeunes devraient parler aux jeunes, affirme Zubeida. En effet, le fait qu’elle ait été réalisée par des jeunes pour des jeunes donne à cette traduction une dimension vraiment unique.

« Les jeunes traducteurs ont énormément transpiré pour ces enregistrements, parfois on avait l’impression de les mettre à la torture tellement le travail était dur ! Et cette traduction est en arménien pur… Gloire à Dieu, nous y sommes parvenus ! Il nous a fallu trois années, mais nous y sommes parvenus ! Après chaque session de signage des histoires bibliques, je les serrais dans mes bras… j’étais tellement fière d’eux ! »

Une bénédiction

Greta, qui suit désormais une formation pour devenir enseignante, affiche un large sourire en signe d’approbation : « Au départ, quand elle nous a présenté cette idée, Zubeida nous a expliqué que ce serait une bénédiction pour chacun de nous de traduire ainsi des histoires de la Bible en langue des signes ! Et nous voulions bien sûr aussi le faire pour la gloire de Dieu ! Mais nous avions le plus grand mal à croire que nous y parviendrions ! Pourtant, nous l’avons fait ! »

 

Source : Alliance biblique universelle

Publié dans Evangélisation

Commenter cet article