Grâce inespérée

Publié le par Jean-Luc

Un historien raconte que, durant la guerre d'Indépendance du Mexique, au début du 19ème siècle, le général Bravo fit prisonniers 600 espagnols promis à une mort certaine.

Au moment où il allait donner l'ordre de les exécuter, il apprit que son père avait été capturé par l'ennemi et battu à mort.

Livide, l'officier annonça la nouvelle aux prisonniers condamnés qui, immédiatement, s'attendirent à être torturés en guise de représailles. Mais quelle ne fut pas leur surprise d'entendre le général s'écrier :

 - Vous avez entendu ce que les Espagnols sont capables de faire. Eh bien , pour vous montrer comment un Mexicain répond à un pareil crime, je vous rends la liberté.

Les prisonniers crurent à une fausse annonce destinée à leur infliger un supplice supplémentaire, mais non ! Le général les rendait libres et leur angoisse fit place à une joie indescriptible. Et savez-vous comment ils profitèrent de cette grâce inespérée ? D'un mouvement unanime, les 600 prisonniers se mirent sous les ordres du général Bravo...

Ce récit nous fait penser à la grâce bien plus grande et glorieuse dont Dieu fit preuve envers nous. Nous n'étions pas seulement ses ennemis, mais de misérables créatures révoltées contre le grand Dieu des cieux. Et Il a voulu nous sauver.
Non pas, comme le général mexicain, par noblesse et fierté, mais par amour, pour faire de nous ses propres enfants. N'est-il pas digne que nous nous mettions maintenant à son service ?

Car nous aussi, nous étions autrefois insensés, désobéissants, égarés, asservis à toute espèce de convoitises et de voluptés, vivant dans la méchanceté et dans l'envie, dignes d'être haïs, et nous haïssant les uns les autres. Mais, lorsque la bonté de Dieu notre Sauveur et son amour pour les hommes ont été manifestés, Il nous a sauvés, non à cause des oeuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit... 
[Titre chapitre 3, verset 3 à 5]

Source : La Bonne Semence.

Commenter cet article