Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jean-Luc

La visite en prison et le témoignage de missionnaires à des extrémistes musulmans condamnés à perpétuité pour avoir assassiné un chrétien nouvellement converti va bouleverser leurs vies. Découvrez le témoignage du pasteur Haneef, le président des Assemblées du Dieu d’amour de Bibles for Mideast.

Bibles for Mideast (Bibles pour le Moyen-Orient) qui rapporte ce témoignage est une organisation souterraine qui travaille à l’implantation d’églises et aux soutiens des chrétiens au Moyen-Orient. Voici l’histoire extraordinaire de la transformation d’un extrémiste musulman meurtrier en un serviteur du Dieu vivant.

Le pasteur Haneef * (nom changé pour des raisons de sécurité) a été élevée dans la croyance stricte de l’islam extrémiste et ne pouvait d’aucune manière s’associer avec quelqu’un d’une autre religion, comme il l’a expliqué lui-même à Bibles for Mideast :

« Je suivais strictement les rituels musulmans et la culture islamique… Je les (les croyants d’autres religions) ai détesté dès mon enfance », admet-il.

Ayant un jour entendu parler d’un jeune homme musulman de sa région qui était devenu chrétien, il a décidé de rassembler sept de ses amis et de se venger de l’apostate. Ils ont attaqué le nouveau converti alors qu’il se dirigeait vers son église un dimanche matin, le frappant brutalement.

« J’ai été choqué de le voir commencer à prier avant de mourir », rapporte le pasteur Peter.

Les paroles de la prière de ce jeune chrétien nouvellement converti le troublèrent encore davantage :

« Seigneur Jésus, reçois ma vie entre tes mains. « Je te loue Seigneur de ce que tu m’as donné une maison éternelle au paradis. Seigneur, montre à ces amis Ton amour indescriptible et Ton grand salut. Conduis les à Toi afin qu’ils sachent que tu es la résurrection et la vie. Amen. »

Après cela, il mourut. A l’écoute de l’intercession du jeune chrétien, les extrémistes méprisèrent et se moquèrent du jeune chrétien  :

« Nous nous sommes moqués de ses bêtises, avons craché sur son cadavre et nous avons jeté nos couteaux. Nous croyions qu’il irait certainement en enfer comme un kafir [mot en arabe pour désigner les infidèles ou les incrédules]. Les leaders de notre mosquée ont apprécié notre action. Mais la police nous a arrêté cette nuit-là. »

Le pasteur Haneef ajoute :

« Parce que nous l’avons fait pour l’amour d’Allah et de sa religion l’islam, nous avons cru qu’Allah nous sauverait de tous les problèmes et que les leaders religieux resteraient derrière nous ».

Mais, face à ce meurtre, le tribunal n’a pas agit de la manière qu’ils attendaient : trois des meurtriers, le pasteur Peter inclus, ont été condamnés la peine de mort. Les quatre autres assassins présent le jour du drame ont été condamnés à la réclusion à perpétuité dans une autre prison, tandis que le plus jeune, un adolescent, a été envoyé dans une prison pour mineurs.

Autre désillusion pour ces meurtriers, les dirigeants de la mosquée n’offrirent aucune aide. Refusant de s’impliquer dans l’affaire, il n’essayèrent même pas de rendre visite à leurs fidèles frères musulmans.

Les parents des jeunes assassins déposèrent conjointement un recours devant la juridiction supérieure.

« Le tribunal supérieur a changé notre ordonnance d’exécution à l’emprisonnement à perpétuité », explique le pasteur Peter. « Les autres reçurent sept ans d’emprisonnement ».

Alors que leurs perspectives d’avenir semblaient pourtant moins sombres, les hommes perdirent tout espoir car malgré le dépôt d’un autre recours de leurs familles devant la cour supérieure, les délais restèrent inchangés.

Pendant près de deux ans, les meurtriers furent hantés par le crime qu’ils avaient commis et rêvaient des derniers mots de leur victime. Pour ajouter à son agonie, les parents du pasteur Haneef moururent alors qu’il purgeait sa peine de prison.

Un jour, plusieurs missionnaires de Bibles for Mideast ont visité les meurtriers dans le cadre de leur ministère pénitentiaire. Ils ont organisé une réunion dans la salle dédiée à la récréation, et le geôlier a demandé que les assassins du jeune chrétien soient présents.

Sans intention d’écouter ou de répondre de quelque manière que ce soit, les hommes se sont rendus à cette rencontre. Mais comme le pasteur Paul, directeur du ministère, a partagé l’histoire dramatique de sa propre conversion de l’islam au christianisme, ils se sont retrouvés incapables de faire taire la puissance de son témoignage.

« Habituellement, nous aurions été violents et aurions essayé de l’attaquer parce que c’était un converti de l’islam », explique le pasteur Haneef. « Mais nous ne ressentions plus aucune colère contre lui ! » C’était leur première surprise.

A la fin de la réunion, trois des meurtriers se présentèrent au pasteur Paul et racontèrent l’histoire de leur crime. Ils ont expliqué qu’ils savaient qu’ils ne seraient jamais libérés de prison, et qu’ils étaient également certains qu’ils finiraient en enfer.

Le pasteur Paul écoutait tranquillement. Les larmes aux yeux, il leur déclara que l’homme assassiné était l’un de ses meilleurs amis qui s’était converti au christianisme avec l’aide de sa propre organisation missionnaire. Les prisonniers furent ébranlés.

« Maintenant, il est avec notre Seigneur Jésus dans le ciel le louant pour toujours », expliqua pasteur Paul. « Tu peux aussi aller au ciel, si tu confesses notre Seigneur et l’accepte comme Seigneur et Sauveur. Il est capable de vous libérer de la prison, et aussi du péché et de la mort. Il a été crucifié, est mort et est ressuscité d’entre les morts pour votre salut. »

Pratiquement comme un seul homme, les trois assassins répondirent à l’invitation et acceptèrent Jésus comme leur Seigneur et Sauveur.

« Alors il nous a demandé de nous agenouiller », rappelle le pasteur Peter. « Lui et les autres missionnaires ont posé la main sur nos têtes et ont prié pour nous. Étonnamment, nous avons tous senti une grande paix. »

Cette nuit-là, Jésus apparut au pasteur Peter :

« Je suis la lumière du monde », lui dit Jésus. « Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie. » Et vous serez certainement libres, car le « Je suis » le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois vous accordera la liberté. Ceux qui croient en moi auront la vie éternelle. »

« Il m’a touché avec ses mains percées et a disparu », se souvient le pasteur Peter avec admiration.

Les deux autres hommes eurent remarquablement des expériences correspondantes cette nuit là.

« Le troisième jour, miraculeusement, nous avons entendu dire que le tribunal avait ordonné de nous libérer de la prison ! C’était absolument un miracle. Nous n’avons jamais pensé que nous ne serions plus jamais en prison. En effet, le Seigneur Jésus nous a libéré. »

Les quatre autres hommes ont été libérés le même jour de la prison où ils étaient. Lorsque les nouveaux convertis ont partagé leurs expériences avec leurs amis qui venaient d’être libéré, ils ont aussi accepté Jésus dans leur vie comme Sauveur et Seigneur.

Malheureusement, les familles et les amis des hommes n’acceptèrent pas leur conversion. Le frère cadet du pasteur Haneef était alors propriétaire de la maison familiale, mais n’autorisa pas son frère devenu chrétien à y entrer. Les 7 hommes firent tous des expériences similaires, vécurent le rejet de leurs familles et de leurs communautés pour leur nouvelle foi, et n’avaient aucune idée de l’endroit où aller ou quoi faire.

Le pasteur Paul avait une vision du Seigneur au sujet de leur situation. Il les a contactés et les a invités dans sa propre maison de location. Tous ont été bientôt baptisés, et sont restés avec lui pendant environ deux mois.

Le pasteur Paul s’est arrangé pour que les hommes reçoivent une formation biblique et il les a aidé à trouver une maison pendant qu’ils étudiaient.

Marié et père de deux enfants, le pasteur Haneef travaille aujourd’hui comme évangéliste et implante des églises avec Bibles for Mideast, comme c’est le cas des 7 hommes venus à Christ dans les mêmes circonstances que lui.

Source : Journal chrétien

Commenter cet article