Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pakistan : Garçon tué parce qu’il était chrétien

Un garçon chrétien a été tué à coups de bâton au Pakistan pour le seul motif qu’il était chrétien. Le meurtre a eu lieu le 30 août dernier.

Sheron Masih, étudiant pakistanais se trouvait à l’école dans la région de Punjab. L’avocat de la famille, Mushtaq Gill, raconte qu’il était soumis à des violences et des agressions fréquentes parce qu’il croyait en Jésus et non en Allah. 

Les compagnons d’écoles avaient cherché par tous les moyens à le convertir sans résultats. Outre les coups qu’il prenait parfois sous les yeux indifférents des professeurs et des étudiants, il lui avait été interdit, selon la loi coranique, la charia, de boire au distributeur de l’école. Le 30 août dernier Sheran a quand même décidé de boire. Et a signé son arrêt de mort ! Il a été tout de suite rejoint par un groupe d’étudiants islamiques qui l’ont frappé sauvagement avec des bâtons et des barres de fer jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Cet assassinat n’est qu’un énième cas de violence musulmane aux dépends des chrétiens au Pakistan. Anjum James Paul, président de l’association pakistanaise des enseignants des minorités a attaqué le système national de l’instruction : « La violence commence sur les bancs de l’école parce que les livres utilisés dès l’école primaire insufflent aux élèves la haine et l’intolérance envers les non-musulmans. »

Les chrétiens au Pakistan représentent 1,9 % de la population et ils sont exposés chaque jour au risque d’être tués par l’intolérante majorité islamique au nom de la charia.

Nous irons plus loin que Anjum James Paul : le problème commence avec le Coran et la religion islamique ! Ils sont porteurs de haine.

Non, n’en déplaise à certains pontes du Vatican et bien-pensants universalistes, quifont des rêves utopiques et mortifères, l’islam n’est pas une religion d’amour !

Source : Francesca de Villasmundo // MPI

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article