Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L’histoire vraie derrière le cantique : « Quel repos céleste »

C’est Melle Humbert qui a écrit Quel repos céleste! Sa version se rapproche autant que cela se peut de l’original de Horace Spafford. Elle n’en a cependant pas la saisissante beauté, ni l’envolée magnifique. C’est un chant de tranquille confiance, celui du croyant dans l’affliction, qui sait où trouver sa consolation.

Spafford était avocat à Chicago. Lors de l’incendie qui détruisit cette ville, en 1871, il perdit tout ce qu’il possédait. Il se remit au travail pour rétablir sa situation, tandis que sa femme et ses enfants allaient vivre chez des parents en Europe, jusqu’à ce que les circonstances permissent le retour.

Mme Spafford et les 4 enfants s’étaient embarqués sur La ville du Havre. Le paquebot entra en collision avec un voilier et sombra en plein océan. Dans la panique générale, Mme Spafford avait gardé tout son calme et elle avait amené ses enfants sur le pont; là, elle s’était mise à genoux, suppliant Dieu soit de les sauver, soit de leur accorder à tous une mort paisible.

En 1/4 h, le vaisseau avait coulé; mère et enfants avaient été précipités dans le gouffre. Elle fut recueillie évanouie dans un canot, mais les enfants avaient disparu.

Au débarquement, à Cardiff, la malheureuse femme télégraphiait à son mari « Sauvée, seule. »

Il fallait vraiment la confiance de Job pour accepter avec soumission cette nouvelle épreuve. Spafford en reçut la grâce et c’est dans son affliction qu’il lui fut donné de composer le chant qui a apporté la consolation à tant d’affligés :

Quel repos céleste Jésus d'être à toi,
A. toi pour la mort et la vie.
Dans les jours mauvais, de chanter avec foi,
Tout est bien, m a paix est infinie.

Quel repos céleste! Mon fardeau n'est plus!
Libre par le sang du Calvaire,
Tous mes ennemis, Jésus les a vaincus,
Gloire et louange à Dieu notre Père

Quel repos céleste! Tu conduis mes pas,
Tu me combles de tes richesses,
Dans ton grand amour, chaque jour Tu sauras
Déployer envers moi tes tendresses.

Quel repos céleste, quand enfin, Seigneur,
Auprès de Toi, j'aurai ma place,
Après les travaux, les combats, la douleur,
A jamais je pourrai voir ta face!

Quel repos, quel repos, quel repos, quel repos,
Quel céleste repos!

Peut-on alors s'étonner que ce cantique ait encouragé tant de cœurs attristés ?
Horatio Spafford connaissait effectivement Celui qui a dit : " Je vous laisse ma paix, je vous donne ma paix ; je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point et ne s'alarme poin t" (Jean 14:26).

Texte tiré de "Ainsi sont nés nos cantiques" – Contribution à l’hymnologie évangélique Histoires vécues – Gustave ISELY / Article de Franck Godin

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

yves gagnon 24/07/2019 15:56

J'ai confiance en mon Seigneur le long du chemin j'ai confiance en mon Seigneur et il tient ma main a travert l'orage grondant mon coeur reste en paix j'ai confiance en mon Seigneur et je suis gardé.