Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un club de drag queen pour enfants...


L’établissement, appelé le Haus of Amazing, devrait donc ouvrir ses portes sous peu à New York, selon The Independent.

Desmond veut que le Haus of Amazing devienne un environnement sécuritaire, libre et créatif pour que les jeunes comme lui aient une place pour s’exprimer.

Sur Instagram, le jeune homme s’est adressé à ses détracteurs en affirmant que personne ne pouvait le changer et l’empêcher d’être lui-même.

Dix ans au compteur et une garde-robe à faire pâlir Anna Wintour, Desmond Napoles est le porte-voix de toute la jeunesse drag de New York. Et c’est loin d’être fini.

Depuis neuf ans, l'émission RuPaul's Drag Race donne la part belle aux drag queens à la télévision : d’abord sur la chaîne LGTBQ Logo TV, puis sur VH1 et, récemment, sur Netflix, permettant d’exporter l’émission à l’international. Il y a neuf ans, Desmond Napoles n’était encore qu’un petit garçon tout juste né. Pourtant, son destin et celui de RuPaul seront bientôt liés.

 

Haut comme trois pommes

Desmond est né à Manhattan le jour de la Gay Pride 2007, un indice pour Wendy, sa mère. Mais elle était loin de se douter que son fils reprendra les codes des club kids du New York underground seulement quelques années plus tard. Repéré lors de la Gay Pride de New York en 2015, celui qui se fait appeler Desmond is Amazing est devenu la nouvelle mascotte des drag queens. La raison ? Il défile habillé en femme du haut de ses huit ans. Une initiative naturelle qui l’a complètement dépassé : 

"En l’espace d’une nuit, j’étais devenu un phénomène sur Internet, raconte t-il. Beaucoup de gens, et particulièrement dans la communauté LGBTQ m’ont soutenu, certains même m’ont confié qu’ils auraient voulu pouvoir s’habiller comme ça quand ils étaient plus jeunes. C’est incroyable !"

Mais Internet n’a que peu de pitié et Desmond reçoit aussi des centaines de commentaires humiliants et insultants.

"J’ai lu des choses tellement blessantes, que mes parents devraient être jetés en prison, que ma mère devrait être tuée ou brûlée… C’est terrible que des adultes puissent dire des choses comme ça à un enfant…", s’attriste le garçonnet.

Face à ce flot de haine, la nouvelle icône queer fait preuve d’une étonnante maturité :

"Je ne me laisserai pas abattre, je continuerai à être moi-même."


Le harcèlement est d’ailleurs le combat numéro un de Desmond. Au début de sa scolarité, ses parents, inquiets de la réaction des autres élèves, ont demandé au principal de l’école d’instaurer une politique anti-harcèlement.

"Si quelqu’un m’embête à cause de mon homosexualité ou ma manière de m’habiller, les parents de l’autre enfant seront immédiatement alertés."

Desmond avoue avoir une plus grande inquiétude pour ses "Amazies", sa communauté de followers sur Instagram. S’il a une peur panique de les décevoir, il essaie de ne pas se mettre la pression.

"Nul n’est parfait ! Je suis reconnaissant, je remercie toujours tous les gens qui me soutiennent et je ne suis jamais méchant. Si je commence à agir comme une diva, ce sera décevant. Surtout pour moi."

Source :
chrétiens2000

mobile.lesinrocks.com

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article