Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Histoire d'un cantique : Je ne sais pas le jour...

Philip Bliss a eu une vie éclair mais terriblement bien remplie. Il est né dans la cabane en bois d’une pauvre famille chrétienne en 1838. A 10 ans il commençe à travailler. A 11 ans il quitte définitivement la maison pour gagner sa vie. Doué, il sait profiter d’une scolarité irrégulière pour devenir maitre d’école à 18 ans. Il apprend aussi la musique. Sous l’influence de plusieurs musiciens évangélistes puis de Lucie qu’il va épouser, il devient professeur de musique et commence à composer divers chants dont des cantiques. Il est aussi un chanteur à la voix impressionnante.

A 30 ans il découvre la prédication du talentueux évangéliste Moody. Ce jour-là l’équipe musicale n’est pas à la hauteur et Philip propose ses services. C’est le début d’une collaboration fructueuse. Pendant 7 ans Bliss chante de plus en plus souvent dans les campagnes d’évangélisation. Il compose paroles et/ou musique de nombreux cantiques de réveil. Aujourd’hui encore une dizaine de ses chants font partie des classiques évangéliques.

En 1873, il écrit un poème « I know not the hour when my Lord will come » en français « je ne sais pas le jour où je verrai mon roi ». Il y affirmer que par contre, il est sûr de le voir. Son ami Granaham compose la musique peu après lors d’une nuit agitée. L’inspiration ne vient pas. Il s’effondre près de son piano et dort un peu. Il se réveille brutalement et écrit d’un trait la musique.

Pendant 3 ans Philip et Lucie aiment interpréter ce chant. Le 28 décembre 1876, il rappelle que personne n’est sûr du moment de sa mort.

Le 29, ils prennent tous 2 le train pour rejoindre Moody à Chicago, 2 jours plus tôt que prévu. Il neige et pleut fort. Miné par une crue torrentielle, un pont s’effondre sous le passage du train. Les wagons en bois tombent dans le ravin et d’enflamment.
Philip peut s’échapper par la fenêtre mais voyant que sa femme est restée coincée, il retourne pour l’aider. En vain. Il meurt brulé à ses côtés comme 90 autres personnes.
Il a 38 ans. Il entre dans la gloire du roi annoncée par son chant.

Dieu a rappelé à lui cet incroyable talent dont la voix et les chants puissants ont conduit de nombreuses personnes au salut. Un service en sa mémoire la semaine suivante attire 12 000 personnes reconnaissantes à Dieu du ministère de cette courte vie. Mais ses cantiques invitent toujours à se préparer à rencontrer notre Dieu et à se tourner vers lui !

=> Ecouter le chant : cliquez ici

=> La partition du chant : cliquez ici


Les paroles du chant :

Couplet 1

Je ne sais pas le jour où je verrai mon roi,
Mais je sais qu’il me veut dans sa sainte demeure;
La lumière vaincra les ombres à cette heure;

Refrain 1

Ce sera la gloire pour moi...
Ce sera la gloire pour moi...
Ce sera la gloire pour moi...
La lumière vaincra les ombres à cette heure :
Ce sera la gloire pour moi.

Couplet 2

Je ne sais quels seront les chants des bienheureux,
Les accents, les accords des hymnes angéliques,
Mais je sais que, joignant ma voix aux saints cantiques,

Refrain 2

Bientôt j’adorerai comme eux...
Bientôt j’adorerai comme eux...
Bientôt j’adorerai comme eux...
Mais je sais que joignant ma voix aux saints cantiques,
Bientôt j’adorerai comme eux.

Couplet 3

Je ne sais quel sera le palais éternel,
Mais je sais que mon âme y sera reconnue.
Un regard de Jésus sera ma bienvenue.
Pour moi, pour moi s’ouvre le ciel...

Refrain 3

Pour moi, pour moi s’ouvre le ciel...
Pour moi, pour moi, s’ouvre le ciel...
Un regard de Jésus sera ma bienvenue,
Pour moi, pour moi s’ouvre le ciel.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article