Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Amazonie : Plus de 400 indiens acceptent l'évangile de Christ !


Les Indiens de la tribu des Yanomami, l’un des plus nombreux d’ Amazonie , ont accpeté l’Évangile de manière inhabituelle. L'histoire a été racontée par le missionnaire américain Larry Buckman de l'organisation Renew Outreach. 

En septembre 2012, leurs dirigeants ont envoyé cinq jeunes hommes de la tribu à la recherche d'un habitant de la forêt amazonienne qui pourrait parler de Jésus à leur familles. "Pourquoi ont-ils décidé de marcher dix jours au nord pour trouver quelqu'un? Ils n'avaient aucun moyen de savoir qu'il y avait quelqu'un là-bas. Bien sûr, le Saint-Esprit les guidait ", a déclaré Larry.


Selon le missionnaire , la communauté Hakoma, appartenant à la tribu des Yanomami, était l'une des plus violentes de toute l'Amazonie. Bien qu'il y ait des chrétiens yanomami, la région de Hakoma n'a pas été atteinte. L'Évangile leur a été présenté pour la première fois 55 ans plus tôt, par l'intermédiaire des missionnaires Bob et Steve.

Dans les années 1960, lorsque Bob et Steve ont visité Hakoma pour la première fois, ils ont indiqué que la plupart des gens étaient drogués, avaient du mucus sortant du nez et vomissaient. "La nuit, ils étaient possédés par les démons, frappaient leurs femmes et leur ouvraient la tête avec des gourdins", a déclaré Bob à Larry. "Ils nous ont presque tués."

Après le voyage de dix jours, les cinq Indiens ont atteint la rivière Palimiú et sont entrés dans un village où deux chrétiens brésiliens, Paul et Bethany, vivaient depuis 14 ans, apprenant la langue et traduisant le Nouveau Testament.

À l'époque, une célébration baptismale avait lieu dans l'église et, par inadvertance, les Indiens se sont retrouvés dans la file. Les chrétiens ont vite compris qu'ils faisaient partie de la tribu violente et avaient peur. Pourtant, Paul a agi avec audace.


"Je n'ai pas demandé s'ils voulaient Jésus; J'ai baptisé les cinq avec les autres ", a déclaré Paul. Lui et Bethany ont invité les Indiens chez eux et ont passé les cinq heures suivantes à discuter.


Les hommes ont expliqué pourquoi ils voyageaient à une telle distance. "On en a marre de vivre comme on a toujours été", ont-ils appris à Paul et à Bethany. "Nous tuons des gens et nous droguons. Nous voulons vivre une vie différente. Quelqu'un nous a parlé du Fils de Dieu. Savez-vous qui c'est? "

Paul leur a parlé de Dieu, de Jésus et du Saint-Esprit. "Nous avons vu ses yeux briller d'émerveillement à tout ce que nous avons dit", a déclaré Paul, qui a continué à leur enseigner l'Evangile pendant plusieurs jours.

Alors qu'ils étaient sur le point de rentrer dans leur village, les hommes ont prié les missionnaires brésiliens de parler de Jésus à leur tribu. Début 2013, ils ont commencé à planifier une expédition pour se rendre dans la communauté de Hakoma.

"Ce fut une période de grande prière pour rechercher la direction de Dieu", a observé Paul.


Quelques mois plus tard, ils ont appris que des membres de la même tribu avaient exterminé un village ennemi et tué environ 46 mineurs dans la région.

"Dix-huit jours après ce massacre, le 9 novembre 2013, nous étions dans un petit avion à la recherche de ce peuple", a déclaré Paul. "Beaucoup nous ont dit de ne pas y aller, disant" : c'est du suicide "," "ils sont très dangereux."

Le groupe comprenait Paul, Bethany et trois autres chrétiens yanomami qui parlaient des langues différentes. "Nous ne savions pas vraiment ce qui nous attendait; nous avions très peur, mais confiants dans les soins de Dieu. "

Quand ils ont compris qu'ils se trouvaient au même endroit où les mineurs avaient été tués des semaines auparavant, ils ont cherché Dieu par la prière.
"Lorsque nous avons relevé la tête, nous avons assisté à une scène incroyable. Nous étions entourés d'hommes, de femmes et d'enfants armés d'arcs et de flèches, de sarbacanes et de fléchettes empoisonnées, mais aussi de fusils, de cartouches, de montres, de tablettes, de téléphones portables et de vêtements de mineurs qu'ils avaient tués 18 jours auparavant ", a-t-il déclaré.

Paul a pris une photo rapide avec son appareil photo, mais a oublié d'éteindre le flash. La foule a interprété le flash comme un signal hostile et a commencé à marcher vers les missionnaires avec leurs armes. "Ils ont regardé. Je pensais que notre temps était venu ", a déclaré Paul.

Puis une voix solitaire cria de la foule. "Arrêtez ça! Ne leur faites pas de mal. Ce sont eux qui ont dit qu'il y avait un créateur. " L'alerte provenait des cinq Indiens que Paul avait baptisés l'année précédente. "Nous avons vu dans leurs yeux la joie de notre arrivée", a observé Paul.

Les cinq d'entre eux ont fait venir les missionnaires pour parler devant une foule qui les attendait. Dans l'après-midi du 9 novembre 2013, les missionnaires ont partagé la Parole de Dieu avec les Yanomamis.

 

"Nuit après nuit, les gens se repentaient. Les réunions ont parfois duré jusqu'à 5h00 du matin. C'est arrivé jour et nuit. J'ai répondu à tant de questions et finalement nous avons eu un autre baptême. Plus de 400 indigènes sont venus à Christ ", a célébré Paul.
 

Paul et les autres dirigeants se sont rendus dans une rivière voisine et ont baptisé 162 nouveaux chrétiens, puis ont servi le repas du Seigneur, en utilisant "le jus de manioc beijú et le jus açaí".

En novembre, l’équipe a commencé à discuter de l’implantation d’une église. Ils avaient beaucoup de convertis nouvellement baptisés mais peu de chefs matures pour les guider. "Nous devions faire quelque chose, alors nous avons choisi les cinq Indiens que j'avais baptisés en 2012 comme leaders dans la foi", a déclaré Paul.

En 2014, l'équipe est revenue au village avec des Bibles sonores et un petit projecteur avec le film "Jesus" en langue chamatari, qui a été montré à 18 villages en dix jours.

Trois ans plus tard, le film a atteint 4 600 personnes dans 21 villages isolés. "Ils rapportent qu'il y a maintenant des chrétiens dans toutes les régions, dans des endroits où nous ne pouvons pas aller", a observé Bethany. "Les indigènes font ce que nous ne pouvons pas faire. Nous vivons un véritable réveil au cœur de la jungle. "

Le premier missionnaire qui était dans la communauté de Hakoma, Bob, est impressionné par ce qu'il a vu. Lui et Steve ont été invités à administrer la Sainte Cène aux nouveaux chrétiens, 55 ans après avoir semé les graines de l’Évangile.

 

Avec les informations de : 
Ichretien.com

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article