Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Eglise anglicane veut célébrer des "baptêmes" de personnes transgenres...

 

Les nouvelles directives pastorales conseillent aux prêtres de nommer les personnes transgenres par leur nouveau nom, rapporte le journal britannique The Telegraph. La démarche est destinée à marquer le changement d’identité de la personne concernée et de favoriser son accueil dans la communauté.

Le document anglican précise que de telles cérémonies ne pourraient pas être assimilables à des baptêmes. Les directives, approuvées par la Chambre des évêques le 10 décembre 2018, expliquent comment des rituels incluant de l’eau et de l’huile peuvent être intégrés à l’office.

Selon le Telegraph, les franges traditionalistes de l’Eglise d’Angleterre ont empêché un changement de la liturgie en ce sens et l’assimilation de ce genre de cérémonie à une bénédiction.

“Les nouvelles directives donnent l’opportunité, sur la base des Écritures (???), de permettre aux personnes transgenres de marquer leur transition en présence de leur famille en Église, qui est le corps du Christ”, a commenté Mgr Julian Henderson, président de la Chambre des évêques. (cath/teleg/rz)

Cet homme fait certainement référence à un des versets les plus tordus du Nouveau Testament : 

Galates 3.28. " Il n'y a plus ni Juif ni non-Juif, il n'y a plus ni esclave ni libre, il n'y a plus ni homme ni femme, car vous êtes tous un en Jésus-Christ. "

Ce verset est régulièrement sorti de son contexte pour justifier tout un tas de fausses doctrines (comme le pastorat féminin, l'acceptation du mariage gay ou comme ici que lutter contre la nature de Dieu n'est pas un péché); alors que l'apôtre enseigne seulement que le salut est pour tous quelle que soit notre nationalité, condition sociale ou notre sexe naturel. C'est d'ailleurs tout le contexte du chapitre 3 de l'épître aux Galates...

 

Avec les informations de : 
Lalumieredumonde.fr

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article