Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Algérie : Des chrétiens interdits d'adorer Dieu, même sous une tente !


Les persécuteurs des chrétiens en Algérie cherchent une justification dans la législation pour soutenir leurs attaques contre la fermeture d'églises. Afin de mettre fin aux cultes, les autorités invoquent de prétendues violations de la sécurité et de la santé ou que les églises ne sont pas correctement enregistrées et autorisées à fonctionner. 
 

C'est ce qui explique les autorités pour sceller une église dans le village d'Azaghar, à environ 180 kilomètres au sud-est d'Alger. Elle a perdu l'usage de son bâtiment en octobre 2018 en dépit du fait que la congrégation a répondu aux demandes d'installation d'issues de secours et d'extincteurs, à la demande des autorités.

L'église d'Azaghar est membre de l'Église protestante d'Algérie (EPA), le parapluie légalement reconnu des églises protestantes d'Algérie, et était ouverte il y a cinq ans.

Afin de ne pas se priver des services de culte, une tente a été érigée sur le terrain de l'église, permettant à la congrégation de 300 personnes de continuer à prier après la fermeture forcée du bâtiment pour des raisons injustifiées mais supposées de "santé et de sécurité".

Le lundi 28 Janvier, la police a de nouveau forcé les fidèles à quitter la tente où ils adoraient Dieu.

Azaghar serait le quatrième lieu de culte chrétien à être fermé l'année dernière. Selon le rapport Open Doors , l'Algérie est le 22ème groupe de chrétiens le plus persécuté.

En Algérie, tous les groupes religieux non musulmans doivent être enregistrés pour des services de culte et limités aux sites approuvés.

Dans la pratique, les autorités permettent généralement aux églises enregistrées auprès d'organisations religieuses officielles et même à des groupes chrétiens non enregistrés de se rencontrer sans autorisation expresse. Cependant, plusieurs églises ont été fermées depuis le début de 2018.

Bien que la conversion à l'islam ne soit pas une infraction pénale en Algérie, ceux qui témoignent et évangélisent des musulmans risquent une peine de cinq ans d'emprisonnement. L'église d'Azaghar a évangélisé et accueilli les musulmans locaux.

Depuis novembre 2017, la plupart des églises affiliées à l'EPA ont reçu la visite de "comités de sécurité des biens". Ces comités ont non seulement examiné le bien-fondé des bâtiments pour accueillir des réunions, mais également posé des questions sur les autorisations requises par un décret de 2006 réglementant le culte des musulmans. Cependant, le gouvernement doit encore délivrer une licence pour une église en vertu de cette ordonnance.

Depuis, plusieurs églises ont reçu l'ordre écrit de cesser toute activité.

Un "comité" a rendu visite à la congrégation à Azaghar en décembre 2017. En février 2018, l'église a reçu une lettre citant le non-respect des règles de sécurité (manque d'issues de secours et d'extincteurs d'incendie). L'église a résolu ces problèmes. Cependant, la lettre mentionnait également des violations de la réglementation concernant les visiteurs étrangers et relevait une violation de l'utilisation commerciale désignée du bâtiment (production de volaille). Il a été scellé par les autorités le 16 octobre 2018. 

 

Source : 
ichretien.com

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article