Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Yemen : Devenir chrétien est frappé de deux sanctions : la peine de mort et l’expulsion de la famille !


Le Yémen est un pays plongé dans la guerre civile depuis 2011, ce qui a déclenché la pire crise humanitaire du monde à ce jour. Environ 80% des Yéménites dépendent de l'aide extérieure, qui est généralement acheminée par le biais des tribus et des lignées familiales dont les chrétiens sont généralement déconnectés, explique Open Doors . 
 

Le pays arabe compte environ 28 millions d'habitants. Selon l'International Religious Freedom Report du Département d'État américain, les chrétiens, les juifs, les bahaïs et les hindous représentent moins de 1% de la population. Beaucoup de chrétiens (principalement des catholiques romains et des anglicans) sont des réfugiés ou des résidents étrangers temporaires.

L'islam est la religion d'État et la charia (loi islamique) est la source de toute législation. Vouloir convertir des musulmans est illégal et la conversion de l’islam en une autre religion est une apostasie, un crime capital.

Selon l'US Open Doors, la persécution à laquelle les chrétiens sont confrontés au Yémen est "extrême". Devenir chrétien au Yémen est punissable de mort ou d’expulsion de la famille.

"Ils font face à la persécution par les autorités (y compris la détention et les interrogatoires), leurs familles et des groupes islamistes radicaux qui menacent de mort les convertis s'ils ne se reconvertissent pas", note le rapport.

Il ajoute que "la loi tribale interdit aux membres de quitter la tribu; la peine pour dénoncer l'islam peut être la mort ou le bannissement. Les hommes et les femmes convertis au christianisme, mariés à des musulmans, risquent le divorce, y compris la garde de leurs enfants. Les chrétiens souffrent de la crise humanitaire générale".

Les chrétiens yéménites sont également vulnérables, l'aide d'urgence étant distribuée principalement par le biais d'organisations islamiques et de mosquées locales. Selon le rapport, ces groupes seraient discriminatoires envers tous ceux qui ne sont pas considérés comme des musulmans pieux.

En raison du chaos produit par la guerre civile, il est très difficile de signaler des incidents violents contre des chrétiens. Souvent, ils échappent à la mort en se réfugiant ailleurs. Mais on sait qu'au moins 27 chrétiens ont été agressés mentalement ou physiquement à cause de leur foi et de leur guerre.

Au moins 5 familles ont dû quitter leur domicile et se réinstaller à l'intérieur des terres pour des raisons liées à la foi. Comme en moyenne une famille est composée de sept personnes, cela signifie 35 personnes. En outre, la pression de la famille a conduit certains anciens chrétiens yéménites à fuir le pays.

Le culte privé est devenu encore plus risqué pour les chrétiens, tant dans les zones contrôlées par les rebelles houthis que dans les zones "libérées" par les forces sunnites soutenues par l'Arabie saoudite et ses alliés occidentaux. Al-Qaïda dans la péninsule arabique et l'État islamique opèrent librement dans une grande partie du pays.

Les bâtiments où travaillaient des chrétiens ou des étrangers de pays chrétiens ont été pris pour cibles au cours du conflit. Par exemple, en mars 2016, une maison de retraite pour personnes âgées et handicapées a été directement attaquée par des assaillants liés à l'État islamique .

Selon Open Doors, le nombre d’anciens chrétiens musulmans indigènes n’est que de quelques milliers, mais il est apparemment en augmentation. Dans la situation de guerre actuelle, les principaux agents de persécution sont les groupes extrémistes islamiques et la famille.

La plus grande autorité islamique saoudienne, le Grand Mufti, a publié une fatwa (déclaration religieuse spécifique) en 2012, appelant à la destruction de toutes les églises chrétiennes de la péninsule arabique, qui inclut nécessairement le Yémen.

En plus de ces églises officielles, les bâtiments d'église ne sont pas autorisés. Cependant, des cultes hebdomadaires distincts sont organisés dans des établissements privés dans certaines villes.

Presque tous les étrangers occidentaux ont déjà quitté le pays pour des raisons de sécurité. L’église secrète, qui compte quelques milliers de convertis au christianisme, constitue la majorité de l’église au Yémen.

Ils forment de petites communautés d'origine, s'encouragent mutuellement à construire des familles qui vénèrent ensemble et construisent une communauté qui reste unie dans la persécution.

 

Source :
ichretien.com

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article