Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Israël : Un sceau portant un nom biblique découvert dans la Cité de David

Une découverte rare et passionnante a été faite par des archéologues israéliens: un sceau vieux de 2600 ans (ci-dessus) et portant des noms bibliques a été découvert dans la Cité de David, dans un bâtiment public détruit lors de la destruction du Premier Temple. Cette trouvaille a été faite lors de fouilles dans le parking Givati, dans le parc national de la Cité de David, à Jérusalem...

Les fouilles ont été menées par des archéologues de l'Autorité des antiquités israéliennes et de l'Université de Tel Aviv.

Selon le professeur Yuval Gadot de l'Université de Tel Aviv et le Dr. Yiftah Shalev de l'Autorité des antiquités israéliennes, responsable de la fouille, ce sceau a été trouvé dans un grand bâtiment public, qui a été détruit à Jérusalem par Babylone en 586 avant notre ère. 
De gros débris de pierre, des poutres en bois brûlées et de nombreux fragments de poterie calcinés ont été découverts dans le bâtiment, indiquant qu'ils avaient survécu à un incendie. 
L'importance de ce bâtiment se distingue notamment par sa taille ainsi que la la qualité des pierres finement taillées avec lesquelles il a été construit.
Le sceau, qui mesure environ un centimètre, a été déchiffré par le Dr Anat Mendel-Geberovich de l'Université hébraïque de Jérusalem.
Selon elle, ce sceau date du milieu du septième siècle au début du sixième siècle avant notre ère.
L'empreinte du sceau, datée de l'époque du Premier Temple, contient les mots: "(appartenant) à Nathan-Melech, Serviteur du Roi". 
 
Le nom Nathan-Melech apparaît une fois dans la Bible, dans le deuxième livre de Rois 23:11, où il est décrit comme un fonctionnaire à la cour du roi Josias, qui a pris part à la réforme religieuse que le roi mettait en œuvre: " il enleva les chevaux que les rois de Juda avaient donnés au soleil, à l'entrée de la maison du Seigneur, par le président de Nathan-Melech, l'officier qui était dans l'enceinte; et il brûla au feu les chars du soleil. "
 
Le titre "Serviteur du roi" (Eved HaMelech) apparaît souvent dans la Bible pour décrire un haut responsable proche du roi. Ce titre apparaît sur d'autres sceaux trouvés dans le passé. 
Ce sceau est la première preuve archéologique du nom biblique Nathan-Melech.
 
Le Dr. Mendel-Geberovich note que le fait que ce fonctionnaire ait été mentionné par son prénom seul indique qu'il était connu de tous, et qu'il n'était pas nécessaire d'ajouter sa lignée familiale.
Selon Mendel-Geberovich, "Bien qu'il ne soit pas possible de déterminer avec une certitude absolue que le Nathan-Melech mentionné dans la Bible était en fait le propriétaire du tampon, il est impossible d'ignorer certains détails qui les unissent".
Ces petits sceaux, aussi appelé "bulles", étaient de petits morceaux d'argile utilisés dans l'Antiquité pour signer des lettres. 
Bien que le parchemin qu'il a scellé n'ait pas survécu aux incendies qui ont dévasté l'ancienne Jérusalem, les bulles, fabriquées dans un matériau semblable à de la céramique, ont été conservées, laissant des traces de ces correspondances.
 
Un autre sceau a également été découvert au même endroit, en pierre d'agate bleuâtre, gravé du nom - "(appartenant) à Ikar, fils de Matanyahu" (LeIkar Ben Matanyahu). 
Selon le Dr Mendel-Geberovich, "Le nom Matanyahu apparaît à la fois dans la Bible et sur d’autres  bulles déjà mis au jour. 
Cependant, il s’agit de la première référence au nom "Ikar", qui était jusqu’à présent inconnu. 
On ignore encore qui était cette personne. 
Des sceaux privés étaient utilisés pour signer les documents et étaient souvent placés dans des chevalières (bagues) portées par leurs propriétaires. 
 
Dans les temps anciens, ces sceaux mentionnaient l'identité, la lignée et le statut de leurs propriétaires.
Selon le prof. Yuval Gadot de l'Université de Tel Aviv et du Dr. Yiftah Shalev de l’Autorité des antiquités israéliennes, "puisqu'un grand nombre de bulles et de sceaux bien connus ne proviennent pas de découvertes archéologiques mais d'artefacts vendus sur le marché des antiquités, la découverte de ces deux artefacts dans un contexte archéologique clair et datable est très rare.


 

Source : Koide9enisrael

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article