Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Etats-Unis : Les sans religion plus nombreux que les évangéliques


En trente ans le nombre de personnes se déclarant sans appartenance religieuse a augmenté de 266% aux Etats-Unis, selon l’enquête sociale générale menée le National opinion research center (NORC) de l’université de Chicago.

Les sans religion représentaient ainsi 23,1% de la population américaine en 2018, contre 23% pour les catholiques et 22,5% pour les évangéliques. Les autres courants protestants (dits mainline) sont en net déclin, passant de près de 30% au début des années 1980 à 10,8% en 2018.

L’une des explications à cette forte hausse des “sans religion” est que “beaucoup de gens mentaient à propos de ce qu'ils étaient”, a déclaré au DailyMail, Ryan Burge professeur de sciences politiques à la Eastern Illinois University, qui a analysé les données. “Beaucoup de gens étaient déjà athées ou non religieux, mais il était auparavant culturellement inacceptable de ne pas avoir de religion en Amérique.”

D’autres explications sont à chercher du côté du rejet des dirigeants religieux et de leurs positions jugées trop conservatrices. Enfin, “selon la théorie de la sécularisation, à mesure que les pays s’industrialisent et deviennent prospères, le rejet de la religion devient plus normalisé”, décrit le professeur. “La grande question est de savoir à quoi ressemblera la religion en Amérique”.

Le catholicisme résisterait mieux à cette baisse aux Etats-Unis car il serait “plus culturel que religieux à bien des égards”, estime Ryan Burge. “Les gens sont de moins en moins susceptibles de se désaffilier du catholicisme que du protestantisme, qui est moins culturel et que les gens sont davantage prêts à abandonner.”

 

La rédaction d'Evangeliques.Info / DailyMail
Photo : Le “poisson de Darwin” , souvent affiché par les athées aux États-Unis et le symbole Ichthus original, ou poisson de Jésus © iStock

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article